After 50 year battle, French government abandons plans for new Nantes airport at Notre-Dame-des-Landes. Victory!

It has finally been announced, by Edouard Philippe (Prime Minister of France) that the proposed new airport for Nantes, at Notre-Dame-des-Landes (NDDL), has been abandoned.  President Emmanuel Macron and Edouard Philippe have buried the project, which has been seriously criticised for its cost and its environmental consequences. The leaders see the airport as impossible to build because of the fierce opposition by around half the population, so it just a constant source of division. Instead the executive backs re-development of the current Nantes-Atlantique airport, south of the city of Nantes, which will be modernised and have its runway lengthened. That would help a bit to lessen the noise from the flight path that goes over part of the city. The Prime Minister has also announced an expansion of the airport of Rennes-Saint-Jacques and a development of high-speed rail lines between the West and Paris airports. Opponents of the NDDL scheme are jubilant – the battle has lasted almost 50 years, and they almost lost on several occasions. But Edouard Philippe said the “zone to defend” (ZAD) will be cleared, so it is no longer a lawless area with blocked roads etc.  Those occupying it will have to leave, and the land be returned to agricultural use.

.

 

 

There is more information, in English, about the lengthy campaign at Notre Dame des Landes (NDDL) against the new airport plans, at Nantes Aeroport du Grand Ouest – NDDL

and news stories over many years at  Nantes Airport News


Notre-Dame-des-Landes: the executive buries the airport

By Dominique Albertini   (Liberation, France)
Wednesday, on the Zad of Notre-Dame-des-Landes.
Wednesday, on the Zad of Notre-Dame-des-Landes. Photo Loic Venance. AFP

“Notre-Dame-des-Landes is the airport of the division,” said Edouard Philippe Wednesday, to justify the abandonment of the project. More surprisingly, the evacuation will take place only in the spring.

No plane will take off at Notre-Dame-des-Landes. Emmanuel Macron and Edouard Philippe on Wednesday buried the project of new airport Nantes, criticized for its cost and its environmental consequences. “I see today that the conditions are not met to carry out the Notre-Dame-des-Landes airport project, said the Prime Minister from the Elysée, at the exit of a Council of Ministers which lasted until 13:30. Such a project […] can not be done in a context of heightened opposition between two almost equal parts of the population […] Notre-Dame-des-Landes, I can see it, is the airport of the division “ .

READ ALSO  The main declarations of Edouard Philippe

This is a redevelopment of the current Nantes-Atlantique airport that has retained the executive. He will see his current equipment modernized, then his track lengthened “to reduce noise pollution in Nantes,”promised Edouard Philippe. The Prime Minister has also announced an expansion of the airport of Rennes-Saint-Jacques and a development of high-speed rail lines between the West and Paris airports.

While the supporters of the airport denounce a “retreat” of the State against the occupants of the “zone to defend” (ZAD), Edouard Philippe promised the “end of this zone of lawlessness” : “The roads must be returned to free movement, obstacles removed, circulation restored. Otherwise, the police will proceed to the necessary operations “ . On the rest of the area, “illegal occupants will have to leave by the next spring or be expelled” . After which “the lands will return to their agricultural vocation” .

“Disintegration”

With this decision, the Head of State and his Prime Minister put an end to fifty years of procrastination around a project conceived under the Thirty Glorious, never launched, but never buried until today. Returning an unflattering image to unresolved public authorities, the file also symbolized the limits of French-style spatial planning. “For fifty years, the project was successively decided, abandoned, relaunched, re-examined, reconfigured, postponed ,  said the Prime Minister. Denouncing, in a series of allusions to the five-year Hollande, “the indecision of successive governments” .

Paradox: this denouement, major victory for the green current, will have been carried by two officials rather favorable, at the origin, with the new airport. “My first choice would have been to immediately allow this project,” did not hide Edouard Philippe Wednesday. As for Emmanuel Macron, he said during the presidential campaign his intention to  “enforce”  the consultation held in Loire-Atlantique in June 2016, where 55% of voters had supported the airport project. A few days later, however, the candidate said he wanted  “one last time look at things”, and in particular the idea of ​​a redevelopment of Nantes-Atlantique. After coming to power, neither the Head of State nor the Prime Minister had expressed any wish for the future of the project. Retreating for eight months behind  a perfectly fair consultation .

By June 2016, the executive had entrusted three experts with a “mediation mission”.  In a report submitted in December , it had weighed the construction of the new airport and the expansion of the current platform in Nantes. But gave the advantage to the second in terms of cost. At the beginning of January, in the wake of this report, Edouard Philippe had multiplied the meetings with local elected officials, favorable or opposed to the site. And made last Saturday, a surprise visit in Loire-Atlantique, without revealing anything of its intentions.

“Weakness”

The decision opens two fronts for the executive. Perhaps facilitated by the abandonment of the project, the evacuation of the ZAD, even if it is pushed back in the spring, will still be a delicate operation. In a statement released Tuesday, the occupiers oppose “any expulsion of those who have come to live in recent years in the grove to defend and who want to continue to project their lives and activities . ” Available on the ZAD website,  a document lists the locations and times of the rallies to be organized from the beginning of the expulsion, all over France. And especially in Nantes and Rennes, where police reinforcements have already been planned.

Emmanuel Macron and Edouard Philippe will also have to deal with the discontent of local elected representatives, who are overwhelmingly in favor of a new airport. On Wednesday, the PS chairman of the Loire-Atlantique departmental council, Philippe Grosvalet, denounced a decision that “tramples the communities [and] the inhabitants” of the department. “Betrayal of the Great West and denial of democracy, ” added on Twitter the Mayor PS of Nantes, Johanna Rolland. While the president of the Pays de la Loire LR, Christelle Morançais, lamented “the victory of the zadistes on the rule of law.”  A trial that the Prime Minister will try to disarm, receiving the parliamentarians of Loire-Atlantique to Matignon, this afternoon.

http://www.liberation.fr/france/2018/01/17/notre-dame-des-landes-l-executif-enterre-l-aeroport_1623067

.


Notre-Dame-des-Landes : l’exécutif enterre l’aéroport

Par Dominique Albertini  (Liberation, France)

«Notre-Dame-des-Landes, c’est l’aéroport de la division», a déclaré Edouard Philippe mercredi, pour justifier l’abandon du projet. Plus surprenant, l’évacuation n’aura lieu qu’au printemps.

Notre-Dame-des-Landes : l’exécutif enterre l’aéroport

Aucun avion ne décollera à Notre-Dame-des-Landes. Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont enterré mercredi le projet de nouvel aéroport nantais, critiqué pour son coût et ses conséquences environnementales. «Je constate aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a déclaré le Premier ministre depuis l’Elysée, à la sortie d’un Conseil des ministres qui aura duré jusqu’à 13h30. Un tel projet […] ne peut se faire dans un contexte d’opposition exacerbée entre deux parties presque égales de la population […] Notre-Dame-des-Landes, je le constate, c’est l’aéroport de la division».

A LIRE AUSSI
Les principales déclarations d’Edouard Philippe

C’est un réaménagement de l’aéroport actuel de Nantes-Atlantique qu’a retenu l’exécutif. Celui-ci verra ses équipements actuels modernisés, puis sa piste allongée «pour réduire les nuisances sonores à Nantes», a promis Edouard Philippe. Le Premier ministre a en outre annoncé un agrandissement de l’aéroport de Rennes-Saint-Jacques et un développement des lignes ferroviaires à grande vitesse entre l’Ouest et les aéroports de Paris.

Alors que les partisans de l’aéroport dénoncent un «recul» de l’Etat face aux occupants de la «zone à défendre» (ZAD), Edouard Philippe a promis la «fin de cette zone de non-droit» : «Les routes doivent être rendues à la libre circulation, les obstacles retirés, la circulation rétablie. À défaut, les forces de l’ordre procèderont aux opérations nécessaires». Sur le reste de la zone, «les occupants illégaux devront partir d’eux-mêmes d’ici le printemps prochain ou seront expulsés». Après quoi «les terres retrouveront leur vocation agricole».

«Délitement»
Avec cette décision, le chef de l’Etat et son Premier ministre mettent un terme à cinquante ans de tergiversations autour d’un projet conçu sous les Trente Glorieuses, jamais lancé, mais jamais enterré jusqu’à ce jour. Renvoyant une image peu flatteuse à des pouvoirs publics irrésolus, le dossier symbolisait aussi les limites de l’aménagement du territoire à la française. «Durant cinquante ans, le projet a été successivement décidé, abandonné, relancé, rééxaminé, reconfiguré, remis à plus tard», a souligné le Premier ministre. Dénonçant, dans une série d’allusions au quinquennat Hollande, «l’indécision des gouvernements successifs».

Paradoxe : ce dénouement, victoire majeure pour le courant écologiste, aura été porté par deux responsables plutôt favorables, à l’origine, au nouvel aéroport. «Mon premier choix aurait été d’autoriser sans délai ce projet», n’a pas caché Edouard Philippe mercredi. Quant à Emmanuel Macron, il avait dit pendant la campagne présidentielle son intention de «faire respecter» la consultation organisée en Loire-Atlantique en juin 2016, où 55% des votants avaient soutenu le projet d’aéroport. Quelques jours plus tard, le candidat avait cependant déclaré vouloir «une dernière fois regarder les choses», et notamment l’idée d’un réaménagement de Nantes-Atlantique. Après leur arrivée au pouvoir, ni le chef de l’Etat ni le Premier ministre n’avaient exprimé le moindre vœu sur l’avenir du projet. Se retranchant, durant huit mois, derrière une consultation voulue parfaitement équitable.

Dès juin 2016, l’exécutif avait confié à trois experts une «mission de médiation». Dans un rapport remis en décembre, celle-ci avait mis en balance la construction du nouvel aéroport et l’agrandissement de l’actuelle plate-forme nantaise. Mais donnait l’avantage à la deuxième en termes de coût. Début janvier, dans la foulée de ce rapport, Edouard Philippe avait multiplié les rencontres avec les élus locaux, favorables ou opposés au chantier. Et effectué, samedi dernier, une visite surprise en Loire-Atlantique, sans rien y dévoiler de ses intentions.

«Faiblesse»
La décision ouvre deux fronts pour l’exécutif. Peut-être facilitée par l’abandon du projet, l’évacuation de la ZAD, même si elle est repoussée au printemps, n’en sera pas moins une opération délicate. Dans un communiqué publié mardi, les occupants s’opposent à «toute expulsion de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y projeter leurs vies et leurs activités». Consultable sur le site de la ZAD, un document énumère les lieux et horaires des rassemblements à organiser dès le début de l’expulsion, partout en France. Et notamment à Nantes et Rennes, où des renforts policiers ont d’ores et déjà été projetés.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe devront également gérer le mécontentement des élus locaux, très majoritairement favorables à un nouvel aéroport. Mercredi, le président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, a dénoncé une décision qui «piétine les collectivités [et] les habitants» du département. «Trahison du Grand Ouest et déni de démocratie», a renchéri sur Twitter la maire PS de Nantes, Johanna Rolland. Tandis que la présidente LR des Pays de la Loire, Christelle Morançais, a déploré «la victoire des zadistes sur l’Etat de droit». Un procès que le Premier ministre s’efforcera de désarmer, en recevant les parlementaires de Loire-Atlantique à Matignon, dès cet après-midi.

http://www.liberation.fr/france/2018/01/17/notre-dame-des-landes-l-executif-enterre-l-aeroport_1623067

.

.


Notre-Dames-des-Landes: fifty years of battles

The new airport project near Nantes has followed a very long institutional path enamelled by numerous confrontations in the field.

THE WORLD | 

By Rémi Barroux

The Notre-Dame-des-Landes file is coming to an end. Opened fifty years ago, it is the oldest environmental conflict in France . The airport of the discord has become the symbol, for the defenders of the environment , of the “big useless projects”. Fifty years of struggle, of stagnation, of legal battle.

The 1970s: Concord and Decentralization

It was at the end of the 1960s that the idea of ​​an airport for the West was born, as part of the decentralization promoted by the interministerial delegation to regional planning and regional attractiveness. Nantes Atlantique Airport (formerly Château-Bougon) is considered unsuitable to accommodate the millions of passengers expected. It is a question of transatlantic flights and to land the national flagship, the Concorde.

The first opponents created in 1972 the Association of Defense Operators concerned by the airport (Adeca). A small delegation goes to Orly (Val-de-Marne) to record airplane noises and collect testimonials from local residents. In January 1974, a prefectural decree fixed the deferred development zone (ZAD) which enabled the department to acquire some 1,200 ha (the total project area being 1,650 ha).

Read also:   The forces of law converge towards Notre-Dame-des-Landes

image: http://img.lemde.fr/2018/01/17/0/0/4928/3280/1068/0/60/0/25168ab_5738988-01-06.jpgIn the ZAD of Notre-Dame-des-Landes, January 17th.

The 2000s: towards the decree of public utility

The airport project is put to sleep for fifteen years, because of the oil crisis and the arrival of the TGV to Nantes (1989). The idea of ​​a third Parisian airport is promoted in 1994 and Notre-Dame-des-Landes remains in the race. In 2000, the project is reactivated by the socialist government of Lionel Jospin. In October, an interministerial committee decided to “build a new airport, replacing Nantes Atlantique, on the site of Notre-Dame-des-Landes” .

The appearance of sound exposure plans, prohibiting or limiting buildings exposed to aircraft noise, is contrary to the will of the mayor (PS) of Nantes, Jean-Marc Ayrault, to urbanize the island of Nantes. The latter is very attached to the idea of having an infrastructure equal to the major European airports. In December 2000, the Inter-communal Citizens’ Association of the populations concerned by the airport project (Acipa) was created.

In 2003, the advisory committee of the public debate is set up. Three years later, on the basis of the public declaration file (DUP), the public inquiry is organized . On February 9, 2008, the state signed the decree (for ten years) declaring public utility the construction of the new airport.

In 2009, is born the Collective of elected officials doubting the relevance of the airport (CéDpa). The summer of that year is held on the site referred a ” climate action camp  “. In the wake, the first occupations are born and the ZAD is renamed “area to defend.”

The 2010s: “zadistes” against “legalistes”

In December 2010, Prime Minister François Fillon ( UMP ) signed the decree awarding the concession to the company Vinci, for a period of fifty-five years, the existing airports of Nantes Atlantique and Saint-Nazaire Montoir, as well as of the future Notre-Dame-des-Landes. The opening of the new site is scheduled for 2017. Vinci will be the victim of many actions throughout France.

Many appeals are filed by the opponents. The trials succeed and the legal battle will last for several years. In April 2012, two farmers, Michel Tarin and Gilles Denigot, went on a hunger strike in front of the prefecture of Nantes. François Hollande ensures that there will be no intervention on the area before the end of all appeals.

On October 16, 2012 in the early morning, the government of Jean-Marc Ayrault – Manuel Valls is Minister of the Interior – launches the operation “César” to evacuate the ZAD. But the violent clashes lead the government to suspend the operation. On November 17, tens of thousands of people demonstrate to reoccupy the area. A week later, the Prime Minister announced the creation of three commissions (experts, dialogue and scientists). In April 2013, the Dialogue Commission concluded that the project was valid, but called into question the compensation measures planned.

During the year 2013, the occupations multiply and many agricultural projects are born. On February 22, several tens of thousands of demonstrators, supported by some 500 tractors, parade in the center of Nantes. Violent incidents punctuate the event.

image: http://img.lemde.fr/2018/01/17/0/0/3735/2646/1068/0/60/0/e9c0a9a_23939-bmmuwl.9wtf6.jpgIn the city center of Nantes, February 22, 2013.

Trials and appeals continue to be chained. They are all lost by the opponents of the project. In January 2016, the district court of Nantes validates the expulsions of the inhabitants and farmers, historical opponents. Ségolène Royal, then Minister of the Environment, commissioned a study to the General Council for the Environment and Sustainable Development (CGEDD), which proposes, on April 5, two solutions: the airport in Notre-Dame-des-Landes but with only one track on both planned, or the redevelopment of Nantes Atlantique.

On February 11, François Hollande proposes a local referendum. It will be held on the only department of Loire-Atlantique and will give, on June 26, the victory to supporters of the transfer of the airport to Notre-Dames-des-Landes (55.1% for).

In April, the European Commission classifies the dispute, initiated three years earlier, on France’s failure to comply with regulations on the environmental impacts of infrastructure projects. The administrative court of appeal of Nantes validates, it, in November, the prefectural orders – the Council of State is always seized of the recourses of the opponents.

2017-2018: the last consultations?

With the election of Emmanuel Macron in May, then the appointment of Nicolas Hulot – opponent of the airport project – at the head of the Ministry of ecological transition and solidarity, the suspense is revived. In a campaign promise, the Head of State announced that he will make a decision after having heard a final report. Three mediators are appointed on  June 1 st . Mid-December, they make their work without taking advantage of the construction of the airport of Notre-Dame-des-Landes according to the initial project or for the redevelopment of Nantes Atlantique. After consulting local elected officials, the Prime Minister reiterates that the decision will be announced before the end of January.

 

.

 

The original French below:

Notre-Dames-des-Landes : cinquante ans de batailles

Le projet de nouvel aéroport près de Nantes a suivi un très long parcours institutionnel émaillé de nombreuses confrontations sur le terrain.

LE MONDE

Par Rémi Barroux

17.1.2018

Le dossier Notre-Dame-des-Landes touche à sa fin. Ouvert il y a cinquante ans, il constitue le plus ancien conflit environnemental en France. L’aéroport de la discorde est devenu le symbole, pour les défenseurs de l’environnement, des « grands projets inutiles ». Cinquante ans de lutte, d’enlisement, de bataille juridique.

C’est à la fin des années 1960 que naît l’idée d’un aéroport pour le Grand Ouest, dans le cadre de la décentralisation promue par la délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale. L’aéroport de Nantes Atlantique (anciennement Château-Bougon) est jugé inadapté pour accueillir les millions de passagers prévus. Il est alors question de vols transatlantiques et de faire atterrir le fleuron aéronautique national, le Concorde.

Les terres du bocage, à une vingtaine kilomètres au nord de Nantes et à quatre-vingts kilomètres au sud de Rennes, majoritairement sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, sont désignées, en 1968, comme site préférentiel. Alors que le conseil municipal, comme ceux des bourgs voisins, vote en faveur du projet, certains agriculteurs s’opposent. « On aurait autant aimé pas », déclare un habitant de la commune dans un reportage télévisé de 1974.

Les premiers opposants créent en 1972 l’Association de défense des exploitants concernés par l’aéroport (Adeca). Une petite délégation se rend à Orly (Val-de-Marne) enregistrer des bruits d’avion et recueillir des témoignages de riverains. En janvier 1974, un arrêté préfectoral fixe la zone d’aménagement différé (ZAD) qui permet au département d’acquérir quelque 1 200 ha (la surface totale du projet étant de 1 650 ha).

Le projet d’aéroport est mis en sommeil durant une quinzaine d’années, à cause de la crise pétrolière et de l’arrivée du TGV à Nantes (1989). L’idée d’un troisième aéroport parisien est promue en 1994 et Notre-Dame-des-Landes reste dans la course. En 2000, le projet est réactivé par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin. En octobre, un comité interministériel décide de « réaliser un nouvel aéroport, en remplacement de Nantes Atlantique, sur le site de Notre-Dame-des-Landes ».

L’apparition des plans d’exposition au bruit, interdisant ou limitant les constructions exposées au bruit des avions, contrarie la volonté du maire (PS) de Nantes, Jean-Marc Ayrault, d’urbaniser l’île de Nantes. Ce dernier est très attaché à l’idée de disposer d’une infrastructure à l’égal des grands aéroports européens. En décembre 2000, l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport (Acipa) est créée.

En 2003 se met en place la commission consultative du débat public. Trois ans plus tard, sur la base du dossier de déclaration publique (DUP), est organisée l’enquête publique. Le 9 février 2008, l’Etat signe le décret (pour dix ans) déclarant d’utilité publique la construction du nouvel aéroport.

En 2009, naît le Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport (CéDpa). L’été de cette même année se tient sur le site visé un « camp d’action climat ». Dans la foulée, les premières occupations voient le jour et la ZAD est rebaptisée « zone à défendre ».

Les années 2010 : « zadistes » contre « légalistes »
En décembre 2010, le premier ministre François Fillon (UMP) signe le décret d’attribution de la concession à la société Vinci, pour une durée de cinquante-cinq ans, des aéroports existant de Nantes Atlantique et de Saint-Nazaire Montoir, ainsi que du futur Notre-Dame-des-Landes. L’ouverture du nouveau site est prévue en 2017. Vinci sera dans la foulée victime de nombreuses actions un peu partout en France.

De nombreux recours sont déposés par les opposants. Les procès se succèdent et la bataille juridique va durer plusieurs années. En avril 2012, deux agriculteurs, Michel Tarin et Gilles Denigot, font une grève de la faim devant la préfecture de Nantes. François Hollande assure qu’il n’y aura pas d’intervention sur la zone avant la fin de tous les recours.

Le 16 octobre 2012 au petit matin, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault – Manuel Valls est ministre de l’intérieur – lance l’opération « César » pour évacuer la ZAD. Mais les violents affrontements conduisent le gouvernement à suspendre l’opération. Le 17 novembre, plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent pour réoccuper la zone. Une semaine plus tard, le premier ministre annonce la création de trois commissions (experts, dialogue et scientifiques). La commission du dialogue conclut, en avril 2013, à la validité du projet, mais remet en question les mesures de compensation prévues.

Durant l’année 2013, les occupations se multiplient et de nombreux projets agricoles voient le jour. Le 22 février, plusieurs dizaines de milliers de manifestants, appuyés par quelque 500 tracteurs, défilent dans le centre de Nantes. De violents incidents ponctuent la manifestation.

Les procès et les recours continuent de s’enchaîner. Ils sont tous perdus par les opposants au projet. En janvier 2016, le tribunal de grande instance de Nantes valide les expulsions des habitants et agriculteurs, opposants historiques. Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement, commande une étude au Conseil général à l’environnement et au développement durable (CGEDD), qui propose, le 5 avril, deux solutions : l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes mais avec une seule piste sur les deux prévues, ou le réaménagement de Nantes Atlantique.

Le 11 février, François Hollande propose un référendum local. Il se tiendra sur le seul département de Loire-Atlantique et donnera, le 26 juin, la victoire aux partisans du transfert de l’aéroport vers Notre-Dames-des-Landes (55,1 % pour).

En avril, la Commission européenne classe le contentieux, engagé trois ans plus tôt, sur le non-respect par la France des réglementations sur les impacts environnementaux des projets d’infrastructure. La cour administrative d’appel de Nantes valide, elle, en novembre, les arrêtés préfectoraux – le Conseil d’Etat est toujours saisi des recours des opposants.

2017-2018 : les dernières consultations ?
Avec l’élection d’Emmanuel Macron en mai, puis la nomination de Nicolas Hulot – opposant au projet d’aéroport – à la tête du ministère de la transition écologique et solidaire, le suspense est relancé. Suivant une promesse de campagne, le chef de l’Etat annonce qu’il prendra une décision après avoir pris connaissance d’un ultime rapport. Trois médiateurs sont nommés le 1er juin. Mi-décembre, ils rendent leur travail sans prendre parti pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes selon le projet initial ou pour le réaménagement de Nantes Atlantique. Après consultation des élus locaux, le premier ministre réaffirme que la décision sera annoncée avant la fin du mois de janvier.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/01/17/notre-dames-des-landes-cinquante-ans-de-batailles_5242953_3244.html